Les chutes du Niagara et le départ pour les USA

(pour connaître ce qui s’est passé le jour précédant, cliquez ici)

.

La distance entre Toronto et les chutes n’est pas très longue mais les autoroutes ne sont pas très rapides (90km/heure) et nous avons bien dû mettre 1h30 pour y arriver. Sur le chemin je me rend compte que le vin n’est pas le monopole de la France et qu’il y a quand même beaucoup d’exploitation dans le coin (elles sont indiquées par des panneaux et on voit les parcelles de l’autoroute).

.

En arrivant à quelques kilomètres du site, on commence par longer le Niagara sur notre gauche et à notre droite la ville se profile, avec ses maisons luxueuses! Je faisais mes courses « tiens celle-ci je la veux, celle-là aussi, et puis celle-ci aussi ». Bien évidement ça reste du rêve!

.

Ensuite vient l’épineuse question de se garer. On ne croirait pas mais les chutes du Niagara, c’est un extraordinaire phénomène de la nature entouré de tout ce qu’il y a de plus tapageur et vendeur dans ce monde. Avec les prix exorbitant qui vont avec. Nous avons donc essayé de nous garer et comme c’est très touristique mais que pour contrecarrer ça j’ai une chance de dingue avec les places parkings, nous avons tournée quoi.. 5 min? Nous avons refusé de nous garer sur le parking à 18 dollars pour aller nous garer devant l’hôtel de police pour 10 dollars l’heure. Nous avons eu une chatte chance énorme de voir une voiture partir juste devant nous pour ensuite prendre sa place. C’est à ce moment là que j’ai compris que j’allais avoir 6 ans d’âge mentale à chaque fois que je verrais cette petite bestiole trop bichu!!

.

Donc nous voilà aux chutes et.. rien à redire. A part admirer.

.

Honnêtement, les chutes côté américaines sont bien plus sympa et visible, même si elles ne sont pas aussi impressionnantes que leurs consœurs. Le soucis avec les chutes canadiennes c’est qu’il y a tellement d’eau qui descend que la brume cache tout et qu’on voit juste de l’eau en suspension.

Petit anecdote aussi. De la route nous avons vu un bateau échoué un peu avant les chutes. Mais qu’est ce qu’il venait faire là?! C’est une barge, surnomé Old Scow, qui est là depuis près de 100 ans. J’ai pu lire son histoire sur cette page.

.

Après avoir acheté des cartes pour envoyer à la famille (il y a une échoppe de souvenir pas loin, évidemment!), nous avons voulus faire un petit tour dans la ville et chemin faisant, nous avons trouvé une brasserie qui fabriquait de la bière brassée avec l’eau des chutes du Niagara. Je ne suis as experte en bière mais celle-ci était moins mauvaise que ce que j’ai pu boire jusque là.

.

Nous sommes partis ensuite direction le conservatoire des papillons, qui fermait à 16h30. Il était déjà tard et comme je voulais prendre le temps de le visiter, nous avons décidé d’y retourner lors de notre retour au Canada une semaine après. J’ai encore rêvé avec les maisons immenses qui sont construites le longs des chutes (je n’ose pas imaginer le prix de la maison ^^)

.

En routes pour les États-Unis!!

Le passage à la frontière américaine s’est fait tout seul. J’avais un peu peur parce que tout le monde m’avait dit « tu as besoin d’un ESTA » alors qu’en fait lorsqu’on passe les frontière terrestre, ça ne sert à rien: mon Barbu avait le sien et il a quand même dû remplir un papier et payer le passage. Ça a duré environ 30 minute et le policier a vraiment été super sympa. Par contre ce qui m’a choqué c’est le mur des enfants porté disparu: 5 tableaux avec 15 gamins sur chaque mur. Comment des gens peuvent-il disparaître du jour au lendemain comme ça? Comment personne ne peut-il rien voir? C’est un mystère que je ne comprendrais jamais.

.

J’ai donc commencé à découvrir les États-Unis. Et pour ceux qui se posent la question, oui dans cette partie là, c’est comme dans les films!!

.

.

Les maisons sont toutes différents les unes des autres et vraiment très jolies.

.

Bref, j’ai commencé à en prendre plein les yeux et à rêver déjà d’utiliser une boite aux lettres américaine!

En chemin nous nous sommes arrêtés pour manger un petit bout chez Wendy’s, le fast-food phare des USA.

.

Nous nous sommes ensuite dirigé vers Williasmville, lieu de notre rendez vous avez les cousins américains. Nous avons cherché pendant 2 heures un hôtel pour dormir et ceux qui me connaissent le mieux connaissent également ma résistance à la fatigue et au mal de dos. Mon Barbu l’a compris ce jour là. Finalement après avoir pleuré de fatigue (devant un hôtel à 150$ que mon Barbu voulait absolument aller voir parce que « ça se trouve ça n’est pas si cher que ça ») nous avons trouvé un hôtel, le Super 8!! Avec un nom pareil et un aspect glauque et louche, on avait peur de ce que nous allions trouver mais finalement c’était mieux que le Best Western!! Bon ça nous a tout de même coûté 90$.

.

Le soir nous avons été diner avec les cousins américains, j’ai fait connaissance de la famille de mon Barbu et ça a été un peu compliqué de parler comprendre l’anglais. Je pataugeais! En plus nous étions dans un bar, avec la musique à fond, bref, les conditions n’étaient pas idéales. Nous avons finis par manger un hamburger-frite avant d’aller nous effondrer dans notre lit au Super 8 à minuit. Le lendemain, c’était le mariage!



5 thoughts on “Les chutes du Niagara et le départ pour les USA”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *