Mon arrivée

Je pars de Vernancourt le mardi 19 novembre à 7h30 le matin, je prend le train  à 12h à Vitry et j’arrive à 14h à Paris Est où Alexandra vient me chercher et m’emmène à Orly pour 16h45.

Je prend l’avion  à 19h45, et j’arrive à Antananarivo le mercredi 20 novembre à 10h45. (8h45 heure française).

Je serais accueillis par les membres de l’association ODADI qui m’emmèneront à la maison des stagiaires de l’ICI (sur Tana) jusqu’au 21. Le vendredi 22 novembre je pars en brousse pour une durée de 8jours. Vous aurez donc de mes prochaines nouvelles le weekend du 30 novembre 2013.

Je suis sûre de rester chez ODADI jusqu’à la fin de l’année, ensuite c’est toujours en suspend. J’ai eu Eulallia plusieurs fois au téléphone et elle est vraiment adorable. J’ai hâte de la rencontrer.

Je vous met le rapport que j’ai écrit au fur et à mesure de mon séjour à Patrakala. Aujourd’hui nous somme le 29, je suis rentrée il y a 2h et j’en ai plein la tête, les jambes tout !! Je vous racontes ça plus tard, et je mets les photos demain !

Je suis donc partie le 19 novembre 2013 de Paris Orly. Le vol s’est très bien passé. Non en fait il s’est bien passé, nous n’avons pas eu de turbulence mais par contre des mômes qui braillent tout le long du voyage. Forcément 5 enfants de 10 mois à 4 ans confinés pendant 11h dans le même espace, c’est pas génial. Je n’ai donc pas beaucoup dormis ! Nous avons fait escale à (…), dans les Comores. J’ai vu l’eau bleue turquoise et les plages de sable fin du ciel, c’est magnifique !!

Vu d’en haut Madagascar est très jolie, les rivières sont rouge, tout comme la terre, c’est très jolis mais très déboisé. Je suis arrivée aux alentours de 11h, accueillit par Christian, un stagiaire d’ODADI, par Sata (prononcer Sat) un responsable de l’asso et John, l’homme à tout faire de l’asso. Je découvrirais plus tard que c’est un conducteur hors pair et un cuisinier aguerris.

Nous sommes donc partis pour Itaousi, dans la maison de la famille Berrato, dont Eulalia, la présidente d’ODADI fait partie. Nous mangeons tous ensembles une salade de concombre/tomates (délicieuse et bien fraiche !), des pâtes à la bolognaise et des litchis (les 1ers !). Steph me disait avant que je parte « profites bien du plateau repas dans l’avion, c’est peut-être le dernier plat civilisé que tu manges ! » Et bien non ! Je fais également la connaissance de Lydia, sorte de bras droit d’Eulalia. Lydia est vraiment adorable. L’après-midi je découvre la maison (immense), ma chambre (immense aussi) et je fais ne petit sieste de 2h. Je me réveille pour assister à une réusion avec Sat et Lydia, où nous parlons de mon projet, de l’asso etc. Le soleil s’est couché à 18h avec une énoOOorme orage, monstrueux même !! C’est très impressionnant les éclairs dans les collines, et le bruit terrible du tonnerre, vraiment j’étais époustouflée.  Le soir j’ai eu quand même du mal à m’endormir (le décalage horaire ?)

Jeudi 21 novembre  2013

Sat, Christian, John et moi avons été faire des course en vue de mon départ en brousse le lendemain. Nous avons rejoint Thierry, le mari de Véronique (qui me suis dans le cadre de l’ICI) sur le parking du supermarché. J’ai donc découvert Djumbo, un supermarché identique à ceux que l’on trouve en France. Avec des décors de noël à la vente, des bocaux « le parfait », bref, je n’étais pas trop dépaysé. J’ai surtout acheté des petits jus d’orange, quelques biscuits et beaucoup d’eau. Ensuite les hommes avaient besoin d’acheter des trucs d’hommes (des tuyaux PVC, un tonneau etc) et nous sommes allés en ville, dans les quartiers vendeurs de ce genre d’article. Après, la faim nous tiraillant, nous sommes allés déjeuner dans un petit bui-bui. J’ai donc gouté pour la 1er fois de la viande de zébu ! C’est fin quand même mais assez gras, enfin c’est assez étrange mais très bon ! Malheureusement pendant ce temps, quelqu’un nous a volé nos provisions. L’eau est resté mais le reste pfuiit ! Du coup l’après-midi nous sommes rentré (Lydia avait besoin de la voiture pour faire des provisions dans les petits épiceries de quartier) et avec Lydia et Jonh nous avons été en ville, pas très loin d’Itaousi, faire des provisions pour notre départ. J’ai acheté une puce pour mon nouveau portable ainsi que du crédit (mais pas au même endroit ^^). En vrac j’ai refait mon stock de biscuits, trouvé des bougies pour 8000 aryari de moins qu’au Djumbo. Tout cela peut vous paraître bien vite fait mais en fait, rien que pour aller au djumbo il a fallu 1h20 !! La circulation est très très TRES mauvaise et on a eu du mal à se frayer un chemin. Le policiers faisaient la circulation ne servent pas vraiment à grand-chose. Ils sifflent juste dans leur sifflet histoire de justifier leur salaire je pense.

Le soir j’ai préparé mes affaires en vu de notre départ le lendemain à 7h30.

Vendredi 22 novembre 2013

Départ à 7h45, on a été pris dans les bouchons de la capitale et nous avons mis 1h30 presque pour en sortir. Ensuite on a fait de la route, beaucoup de route (bon on a pas roulé plus vite que 70km/h), les paysages changent, la campagne se dévoile, j’ai vu des rizières, des étendus d’herbe sans plus aucun arbres. C’est super triste. On s’est arrêté en cours de route faire des courses de légumes dans la ville de Talat (j’écris les noms comme je les entends se prononcer, parce qu’ici à Mada, un mot à l’écris n’est pas du tout pareil qu’à l’oral !!), trouvé des petits jus d’orange, acheté ce qu’il fallait pour faire une vinaigrette, pris des petits gâteau etc. Nous sommes repartis pour voir le maire du Fouktan (prononcé ainsi mais écris Fokontany) de Mangamil, histoire de me présenter. Il a eu le culot de nous dire que ODADI avait des volontaires et de l’argent et qu’on pouvait venir repeindre le plafond de sa mairis. Il était bien grassouillet, je pense qu’il ne devait pas manquer de quoi manger comme la plupart de ses concitoyens..

Nous avons été visiter le CEG de la même ville. Thierry y avait installé des paraboles solaires et un four solaire pour que les internes puissent se faire à manger sans forcément utiliser du bois. Lorsque nous sommes arrivée une des élèves étaient en train d’enlever la poussière de sur la parabole. La 2eme parabole était dans dortoir des lycéens, tout comme le four. Pendant 1h nous avons discuté avec les lycéens et le proviseur, qui nous disaient que les paraboles étaient utilisés (alors qu’elles étaient bloqué, donc ça n’était pas possible de les utiliser en l’état), comme le four, puis au final ils nous ont dit que non, le four ça n’était pas pratique pour faire à manger etc, de là le prof de français est arrivé, et nous a dit tout de go que non, les paraboles n’étaient pas utilisé mais que ça serait bien quand même qu’on les laisse.  Bon.. Après pas mal de discussion Thierry a décidé de laisser les paraboles, de reprendre le four et de convenir d’une date à laquelle je pourrais venir pour montrer aux élèves comment utiliser les paraboles (parce que la formation avait été très courte pour leurs expliquer).

Enfin, à 15h il est temps de partir pour Béorana (prononcer Béourlan). Nous sommes arrivés à 16h je pense, le temps de faire connaissance avec Joséline ma maître de stage, et Roséline, ainsi que Voeharina, ma traductrice et colocataire. J’ai également pris possession de ma chambre. J’ai un lit !!! Avec un matelas et un oreiller !!! Un bureau, un tabouret et une table de nuit. Pas mal ! Bon comme prévus pas d’électricité, l’eau pour se laver c’est un réservoir qui récupère l’eau de pluie ou est alimenté avec le bélier hydraulique (j’y reviendrais plus tard), les douche c’est un cabanon avec un tout petit trou pour y évacuer l’eau (Thierry y a installer une douchette depuis, bien pratique), les toilettes c’est une cabanon, un trou immense en dessous avec une dalle percé et voilà. On s’essuie avec du journal, y’a pas de chasse d’eau et ça ne pus encore pas trop. Il y a le toilettes fille et le toilette garçon quand même ^^ bon c’est la même chose hein.

Après ces découvertes, réunion avec toute l’équipe d’ODADI, je fais connaissance de Soulouf et Touk, responsable respectivement des bœufs et de l’alambic. Je rencontre aussi Michelin, responsable de tout le domaine agricole. Je prends connaissance de mon programme pour les 2 prochaines semaines et vois que le prochain cours de cuisine se déroule le lendemain et que je dois en faire un le vendredi d’après ! Après ça nous dinons le repas que John nous a préparé. Un festin. De la viande, des haricots verts, pommes de terre-frites, carottes, riz. C’était un délice. Avant ma  première nuit dans mon petit lit j’ai pris vite fait une douche (à la lueur de la lampe torche), et je me suis couché épuisée.

Samedi 24 novembre 2013

J’ai pas franchement bien dormis : au-dessus de mon lit il y a une tôle transparente, ce qui est très bien vu qu’elle me donne plein de lumière, mais comme le soleil se lève à 4h45.. je vous laisse deviner la suite !! J’ai mis tant bien que mal mis ma peluche sur les yeux pour essayer de redormir. Peine perdu ! Je me suis levée à 7h, le cours de cuisine commençant à 8h.

J’ai donc découvert le manioc. Alors le manioc ça a un goût de pomme de terre trop cuite à l’eau. C’est assez sec et pâteux. Assez écœurant à la longue aussi.. J’ai eu du mal à terminer mon assiette. On a donc fait des roulés de manioc à la cacahouète. Comme il restait du manioc j’ai demandé pour essayer de faire du manioc sauté (à la manière des pommes de terre sautées. Oui il faut faire attention à dire pomme de terre et non patate. Ici les patates c’est les patates douces).

J’ai donc essayé mais on a mangé ça froid du coup c’est moins bon hein!

Les roulés de manioc à la cacahouète et le manioc sauté
Les roulés de manioc à la cacahouète et le manioc sauté

Il y avait 17 femmes à cette réunion (beaucoup sont venue voir la vazza, l’étrangère, par curiosité!). Elles m’ont demandé comment était les paysages chez moi, l’âge de mes parents, si j’avais des frères et sœur etc.

Pour un 1er contact j’ai trouvé que c’était bien!

 A la vaisselle!!!!A la vaisselle!!!

Dimanche 26 novembre 2013

J’ai visité un peu le centre avec Thierry, il a été me montrer le fonctionnement du bélier hydrolique, une invention qu’on doit aux frères Mongolfier, et qui est vraiment génial. Je ne comprends  pas pourquoi ça n’est pas plus développé.

Lundi 25 novembre 2013

Ce jour je suis allée avec Joséline, Roseline ainsi que Voehirana voir les représentants des Fokontady (prononcer Fouktan) de Béorana ainsi que Isaonjo. Ces 2 coins ne sont pas au même endroit mais c’est magnifique ! Des collines, des rizières, des arbres, bref, c’est superbes. Et reposant. L’impression d’être à l’autre bout du monde (alors que nous ne sommes pas si loin de la civilisation !).

Mardi 26 novembre 2013

Visite au représentant du fokontady de Antsahafina, visite aussi de 2 écoles, donc une où ODADI à distribuer des kits scolaires (un sac en toile fabriqué lors de l’atelier couture de femme qu’ODADI propose avec dedans cahier, crayons papier, stylos, équerre, rapporteur, compas, ardoise, craies , éponges, selon le niveau de la classe). 1h20 allé, 1h retour. Les paysages sont désolés. Ici à Madagascar le drame écologique, c’est la déforestation. 9 dixième de la surface en forêt a disparue. Alors ces paysages m’ont fait penser à un film : « Band of Brother ». L’histoire du la 101eme aéroportée lors du débarquement, il y a un moment ils sont en Belgique, dans la forêt des Ardennes. Ils s’en prennent plein la tronche avec les tirs de barrage des allemands. La forêt est explosée. En gros ici c’est pareil. On dirait qu’il y a eu la guerre. C’est vraiment triste.

Mais sinon un peu plus loin sur la route j’ai vue des paysages grandioses!!!! Voyez par vous même

Mercredi 27 novembre 2013

Ce jour nous sommes allées nulle part, il y avait la cantine pour les petits de 1 à 5 ans du Fookontady de Beorana (prononcer Béouran, en roulant le R). ODADI se charge de leur faire la cantine 2 fois par mois, pour qu’ils aient au moins 2 fois par mois un repas complet. Les femmes étaient assez méfiantes que parce que j’étais là, mais la glace c’est peu à peu brisée, grâce aussi à des femmes qui étaient là samedi au cours de cuisine.

Au menu un poulet (pour 50 personnes c’est juste), du riz (énormément de riz !!! j’ai eu du mal à terminer mon assiette!) et des pâtes. Ces femmes qui viennent de Beorana sont les plus pauvres de la région. C’est pour cette raison que l’asso a développé ce projet.

Tu sors pas de table tant que tu n'as pas terminé ton assiette !!!!!Tu sors pas de table tant que tu n’as pas terminé ton assiette !!!!!

Jeudi 28 novembre  2013

Aujourd’hui j’ai vécu un truc incroyable : j’ai été prise en stop sur une piste de brousse ! Retour en arrière. Ce matin avec Joséline, Sat, Roseline, Voehirana et moi-même nous sommes partis à Ankazoudand (écris Ankonzandody) pour le marché (en vue du cours de cuisine demain) ainsi que me présenter au maire de la commune. Pour y aller il y a 1h15 de piste (6km) et 30 minutes de taxi brousse. Nous sommes donc partis à 5h40 ce matin pour être rentré tôt (à midi en fait). Après avoir fait nos petites affaires nous sommes rentrés en taxi-brousse, commencé la piste et là un camion qui doit charger du bois arrive. Pour rire je dis « on fait du stop ? ». Allé hop, aussitôt dit aussitôt fait !! La piste en brousse c’est ..comment dire ? Je ne sais pas trop comment la décrire sans exagérer ni tempérer. En gros on dirait le lit d’une rivière qui ne coule plus, en sable, avec des passages boueux et des ornières profondes comme mon avant-bras par endroit, des montés bien rudes et des pentes abrupte. En fait il faut rouler en 1ere et très prudemment. Bref, tout ça pour vous dire que « les conducteurs de l’extrême » peuvent aller se rhabiller derrière les conducteurs de camion ici.

Ils n’ont pas fait toute la piste mais ça nous a fait gagner 1km, 1,5km à tout casser, mais c’est déjà mieux que rien !! Le reste c’était à pied, on est rentré en sueur !

Vendredi 29 novembre 2013

Aujourd’hui j’ai fais mon cours de cuisine et je suis repartie sur Tana et ce fut une sacrée aventure!

Ce matin j’ai donc fais mon 1er cours de cuisine, il y avait environ 8 femmes (il me semble). Je leurs ai montré comment je faisais le ragoût de viande et des pommes de terre sautées. Bon tout n’a pas été comme prévus! Les pommes de terre étaient spéciales cuisson à la marmite et elles n’ont pas du tout doré comme des pommes de terres sautées. Ca commençait à faire de la bouillit du coup on a tout arrêté et j’ai décidé de les terminer dans la friture. Quand au ragoût, la sauce était très bien réussi la viande était assez dure, je pense que la qualité n’était pas géniale. Cependant, les femmes ont beaucoup apprécié et m’ont dit qu’elles essaieraient de refaire ça un jour chez elles (la viande n’est pas vraiment un aliment qu’elles peuvent se permettre d’acheter toutes les semaines) ou encore à Noël. J’ai donc cuisiner de la viande pour la 1ere fois au feu de bois (la semaine passé j’avais tenté le manioc sauté idée que j’avais tiré des pommes de terre sautée, c’est pour cette raison que cette semaine j’ai voulus leurs montrer le plat d’origine), ça a été compliqué aussi!! Je me suis pris toute la fumée de bois dans la tronche (en plus c’est du pin que l’on brûle..). Ca brûlait les yeux, on empestait la fumée aussi!! Ce soir j’ai pris une douche, mes cheveux lavés sentaient encore le feu!

Nous sommes partis avec Sat, Joséline et Voeharina pour prendre le taxi brousse à 11h40. Nous sommes arrivés à la route à 13h, la piste était comme la veille: terrible, j’ai cru mourir de chaud, de soif, de mal partout. On a eu 1h30 de taxi-brousse, là aussi j’ai cru mourir, le chauffeur conduisait comme un taré et il faisait la course avec un autre taxi-brousse (c’est des minibus en fait). Au final il s’est calmé et nous sommes arrivés avec Sat (les 2 femmes étaient descendu avant) à Tana vers 14h30 et à la maison à 17h… Oui, il nous a fallu 2h30 pour traverser la ville et faire 15km environ. Après le taxi brousse on a pris le Taxi-Be numéro 157, direction 67 hectares, descendu à la poste puis pris le Taxi-Be direction Hôpital.

Là j’aimerais faire un petit coucou à toutes les personnes civilisées qui nous ont donné un coup de parapluie/un coup de coude/un coup de pied/attrapé les habits pour nous empêcher de monter dans le bus bondé et pour pouvoir prendre notre place. Les gens civilisés, j’adore ^^ J’ai jamais vu un souk pareil pour prendre un bus!!

Je ne sais pas encore ce que je vais faire de mon weekend, surement remplir mon blog, prendre quelques nouvelles de ma famille et mes amis, respirer un peu d’air chargé de carbone, histoire de faire la plein avant de repartir vers ma campagne tranquille ^^

Bulletin Météo

Alors depuis que je suis arrivée il fait relativement beau, sauf le soir, non vers 16/17h (mais il fait nuit à 18h du coup c’est le soir ^^) on a de gros orages, avec des  quantités d’eau assez impressionnantes !! En à peine 1h la cuve de 1000 litres qui était plus que moitié vide a été remplis, et ils ont détournés pour la gouttière déverse son eau ailleurs.

Le bruit du tonnerre est assourdissant, j’ai l’impression que cela fait trembler même mon lit !!

Samedi 30 novembre 2013

Aujourd’hui il pleut sur Tana, depuis 1h30 environ, on a eu un gros orage. Le mal du pays commence à se faire ressentir. A la rigueur je préfère lorsque je suis en pleine brousse avec aucun moyen de me rappeler de ma vie d’avant. C’est moins déprimant.

Avant la pluie j’ai tout de même eu le temps de faire quelques courses pour mon petit déjeuner de la semaine (jus d’orange et biscuit si vous voulez tout savoir). Ce que j’aime ici c’est que l’on sort, on fait 5 min de marche à pied et on trouve une petite épicerie, un vendeur de légumes, bref tout ce qu’il faut pour se préparer à manger.

En prime des photos de choses diverses

Dimanche 1er décembre 2013

Aujourd’hui Thierry nous a rejoins Christian et moi à la maison d’Itaousi (en banlieue de Tana). Nous avons été manger en ville, j’ai fais quelques courses pour la semaine. Je reviens le weekend prochain mais pas le weekend du 14/15 novembre. Il y a quelque chose de prévus au centre et en plus c’est vraiment la galère pour rentrer. C’est pénible. J’ai quand même hâte de repartir dans ma brousse. Ici ça pue les pots d’échappement, la nourriture pourris, les égouts, le poisson séché (ah oui grosse expérience lors de ma visite au marché, le poisson séché a une odeur vraiment.. comment dire? Particulière? Bref, à 9h le matin c’est pas géniale et franchement 2min de plus et j’avais des haut de cœur. Vous sentez déjà du poisson normal au soleil ben là séché et au soleil.. PUTAIN!!!! et les personnes qui vendent ça ça à pas l’air de trop les déranger!!). Tout ça pour vous dire qu’en brousse on se réveille au son des poussins, que les pires odeurs c’est celle du Ravintsara passé à l’alambique. Ca pourrait être pire!!!! Et vous connaissez mon amour pour la ville … ^^

Ah oui, je voulais poster aussi ce lien, parce que j’écoutais cette chanson hier après midi et le soir je vais au toilette, la fenêtre était ouvert et là PAF! j’entend cette musique dehors!! Coïncidence coïncidence..

http://www.youtube.com/watch?v=0aLoezucIzk

Coïncidence aussi lorsqu’un homme s’est assis à coté de moi dans le taxi-be (alors qu’il y avait plein de place ailleurs) et qu’il a commencé à discuter avec moi pour me dire qu’il travaillait à CARE. L’association où je rêve de travailler à long terme.. Coïncidence, vous avez dit coïncidence?!



2 thoughts on “Mon arrivée”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *