Les ONG, magouilles, dérives et loupés

.Vu mon action bénévole, vous allez rire mais je déteste les grosses associations/ONG!! Elles se disent non-gouvernementale mais au final elles opèrent là où les besoin d’argent se font sentir.

Elles fabriquent bien souvent des projets qui collent parfaitement avec les appels à projets (appels à projets créés par des bailleurs de fonds qui ont de l’argent via des subventions d’état ou des financements privés) afin d’avoir des subventions et de pouvoir tourner.

Elles vous font croire que les 15€/mois que vous donnerez vont sauver une petite fille du mariage, un petit garçon de la faim, une maman d’un accouchement difficile. En fait, elles feront surtout vivre leur personnel national, ne prendront pas en compte les besoins locaux et feront croire qu’elles sont indispensables à notre monde.

Lors de mon séjour au Sénégal, j’ai visité des écoles (pour le « besoin » de l’association avec laquelle je « travaillais ». En fait c’était là aussi une ruse pour récolter des fonds en France). Chaque directeur d’école avait un cahier où il marquait les membres d’associations venus lui rendre visite. En 10 jours il y avait parfois 7 visites. 7 !!! Et cette même école continuait d’accueillir les enfants dans des salles nues, sans matériel scolaire avec pour seul repas du midi du riz et du poisson à l’huile de palme.

Comment, avec toutes les ONG qui se succèdent, comment peut-il avoir encore autant de pauvreté dans le monde? Le Sénégal est le pays d’Afrique ayant eu le plus de subventions pour créer des projets de développement. Il y a des pancartes partout à ce propos « projet agricole de développement financé par… 5 ou 6 noms d’association ou d’ONG ». Même les ponts ont droit à des pancartes de ce genre!

Franchement, ça leur fait quoi aux habitants de Kolda de savoir ça? Ils doivent se sentir redevable? Comment peuvent-ils ressentir cet étalage?

.

Et je ne vous parle pas du « travail » de l’UNICEF.. Allé, si tient, ça me démange! Je vais me permettre de le faire parce que j’ai pu observer leurs actions dans les pays en voie de développement (PVD) et ce que j’ai vu m’a effaré. Lors de ces visites dans les écoles sénégalaises, j’ai remarqué que l’UNICEF avait fait don d’un très grand nombre de matériel en tout genre. Tous bleu (ou presque), tous estampillé UNICEF et tous en plastique.

Des tables, des seaux, des gobelets, des cuvettes. Tout ce que les sénégalais utilisent en temps normal sauf que les autochtones préfère le métal et le bois, vu que ça dure plus longtemps et que surtout, c’est fabriqué sur place.

Sur cette photo, prise dans une école, on voit bien ces magnifiques tables en plastique UNICEF (pas bleu par contre!). Qui, comme vous le voyez, ne sont pas utilisées par les enfants. Pourquoi? Parce que genre de table n’est pas dans l’usage habituel des sénégalais. Les enfants s’assoient sur des tables-bancs, les mêmes que nos parents il y a 40 ans, vous savez avec les petits rangements sous le pupitre?!

Les bassines et les gobelets donnés eux aussi sont en plastique alors qu’au Sénégal tout ça est en métal et vendu sur le marché. Je me demande.. à un moment donné, personne à l’UNICEF ne s’est dit « tient, au Sénégal il n’y a pas de système de gestion et/ou recyclage des déchets/du plastique, ça va peut-être poser problème d’amener tous ces articles en plastique? ». Visiblement non. Donc messieurs, mesdames qui versez quelques sous à l’UNICEF tous les mois pour aider les enfants à l’école et bien sachez que votre don finance des objets en plastique, fabriqué surement en Chine par des gosses et ce à destination des enfants dans les pays pauvres. L’UNICEF a également de très beaux 4X4 rutilants et pas du tout abimés par les chaos de la route. Bizarre vu l’état des pistes dans les PVD.

Je me demandais aussi.. pour qu’un enfant puisse manger ou aller à l’école, il faut quoi? De la nourriture et des fournitures scolaire, oui. Donc de l’argent. Donc si on va par là, si les parents n’ont pas d’argent, les enfants ne mangent pas et ne vont pas à l’école? Alors admettons qu’une ONG, admettons l’UNICEF, apporte à manger et des fournitures scolaires.. les enfants vont donc pouvoir manger et à aller à l’école. Mais une fois adulte, comment font-ils? Et les parents de ces enfants, comment font-ils pour se soigner ou manger eux même? Et surtout, une fois que cette association s’en va, que reste t-il?

Je vais peut-être dire une bêtise mais admettons, si l’UNICEF, au lieu d’apporter de la nourriture, des fournitures scolaire (comme des tables en plastique), si elle achetait localement, en faisant fabriquer les tables par un menuisier local, si elle achetait les bols et cuvettes en métal sur le marché local, ça ne ferait pas rentrer de l’argent localement? Dans les caisses de ceux qui en ont besoin? ça ne permettrait pas de faire vivre des familles qui à leur tour pourraient manger, se faire soigner?

Le problème c’est peut-être que si elle faisait ça, ça aiderait le pays à se tirer vers le haut économiquement parlant et qu’un jour l’UNICEF ne serait plus utile. ça serait rudement dommage pour les salariés et surtout pour ses dirigeants. Le directeur de l’UNICEF aux Etats-Unis gagne 38.000€ par mois, sachant qu’il existe presque autant de président d’UNICEF que de pays aidés. Pour info, l’association malgache que j’aide (ODADI) a un budget annuel de 10.000€ environ. Cet organisme emploie 7 personnes, aident 3 communes et ses 3.000 habitants. Voilà voilà.

ONG(image trouvé ici)

.

Fait aussi assez marrant (enfin marrant..), lorsque vous allez dans un PVD , souvent vous remarquerez que l’origine des ONG n’est pas anodine et que souvent, elle correspond aux entreprises implantées dans la région. A Madagascar, de plus en plus d’ONG sont américaines. Et des sociétés américaines sont actuellement en train de piller les ressources de l’île (les sous-sol en fait). Ces même entreprises ne reversent que 1% des bénéfices fait grâce à ce pillage à l’état malgache. Je te donne d’un côté et je pille de l’autre.

Dernièrement à Madagascar il y a eu pas mal de problèmes politiques. La France, un des 1er pays qui subventionne des projets de développement et d’aide humanitaire à Madagascar, a mis son grain de sel dedans et a déclaré qu’il valait mieux pour les malgaches d’élire tel président plutôt qu’un autre si Madagascar souhaitait être encore aidé par les français.

L’aide est apolitique? Vraiment?

Et ce genre de problème se retrouve partout! Il est souvent dénoncé par les médias locaux mais absolument pas relayé dans nos pays occidentaux.

.

Et si je parlais d’Haïti, qui avant le tremblement de terre comptait 100.000 ONG!!! et le double à présent!! Pour 11 millions d’habitants. Et où en est-on actuellement? Est-ce que le pays va mieux? Est-ce que les enfants ont arrêtés de manger des galettes d’argile? Voulez-vous que l’on parle de la Croix-Rouge américaine qui avec 488 millions de dollars n’a construit que 6 maisons en pierre? Si la Croix-Rouge était une entreprise, les donateurs des actionnaires et les maisons des projets, je suis sûre qu’actuellement les actionnaires auraient demandé leur dû et la Croix-Rouge aurait coulé.

Parle t-on également du tsunami de 2004 et de la gestion des dons? Doit-on parler de ses quantités astronomiques de médicament envoyés et qui en 2013 n’avaient toujours pas finis d’être trié? Ou de ces quantités de personnes bienveillantes, qui ont voulu se rendre sur place pour aider et qui au final n’ont fait que déranger les secours? (tout comme lors du séïsme au Népal en 2015).

Je vous conseil fortement de lire cet article qui explique bien que ça n’est pas parce que nous sommes occidentaux que nous avons plus de capacités qu’un autre pays à secourir les gens/les aider/reconstruire un pays.

« Si on parle d’abord de la réponse à ce type de catastrophe, force est de constater que tout le monde a occulté le fait que les secours les plus efficaces dans les heures suivant la catastrophe avaient été locaux. Les vies sauvées l’ont été par les voisins et les proches, par les médecins et les secouristes des régions et des pays frappés par la tragédie. Si, dans les premières heures, les autorités nationales ont certes été désorganisées et confrontées à des difficultés logistiques pour atteindre les zones affectées, leur mobilisation a été réelle pour faire face à l’urgence de la situation. Certains pays, comme l’Inde, ont refusé le déploiement des secouristes internationaux, appelant les ONG à un peu de modestie devant ses propres capacités de réponse à la tragédie. »

C’est souvent ça le problème des ONG en fait: « vouloir faire à la place de » au lieu de « accompagner pour ».

.

Pour aller plus loin vous pouvez consulter cet article sur la gestion des fonds des associations ou celui là sur la politisation des ONG.

La vidéo suivante est à voir absolument.. Elle est criante de vérité.

Je termine en vous rappelant que plus une organisation est grosse, plus sa gestion est compliquée donc plus d’argent sera mis dans la gestion du personnel, et plus il y aura de risque de dérive et de détournement d’argent.

Dans une petite association locale,  si 10€ sont détournés tous les mois par une personne, ça l’aidera surement plus à vivre que si une personne dans une grosse ONG détourne 20.000€  pour magouiller et payer des pots-de-vin aux militaires voisins.

Pour éviter toutes réflexions du genre « oui mais le personnel des ONG  a fait des études pour faire ce qu’il fait, des sacrifices et cela justifie son salaire » j’aimerai juste ajouter cela: Lorsqu’on fait ce métier, c’est pour aider les plus démunis et rendre le monde plus juste. Où est la justice lorsqu’une personne qui « aide » gagne 40 fois plus que la personne aidée? Où est la décence?



2 thoughts on “Les ONG, magouilles, dérives et loupés”

  • je viens de découvrir votre article et vivant au Népal depuis 15 ans, il confirme mon malaise préexistant mais croissant, depuis le séisme de 2015 au regard des ONG en particulier les INGO qui servent avant tout leur agendas et interet ont un rendement très faible par rapport a ce qui est injecte dedans, je pourrai multiplier les exemples d’absurdité et abus dans votre sens. Bravo pour votre article.

    • Bonjour Fabien, merci pour votre retour!! Par contre j’avoue mon ignorance sur le terme INGO! Qu’est-ce que c’est? J’aimerai bien pouvoir parcourir le monde et mettre en avant ce genre de pratique pour faire bouger les choses. Il est grand temps!

Répondre à Myriam-DG Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *