Départ pour Cao Bang

Après une nuit bien reposante (mais pas assez), me voilà donc levée à 6h30. J’ai pris mon petit dej à l’hôtel (où il y a tout ce dont on a envie) et je suis partie à 7h30, sur les conseils de la réceptionniste de l’hôtel. J’ai pris un taxi jusqu’à la gare routière et en fait, malgré la circulation, le trajet n’a duré que 30 minutes.

En entrant dans le taxi j’ai donc su que je ne devais en aucun cas:
– monter avec une grenade
– boire de l’alcool
– forniquer
– fumer
– allumer un feu
– être (ou avoir?) un chien ^^
– avoir des armes à feu, ou un couteau.

Trèèèès bien. Je vais donc retirer ma kalachnikof, mon couteau de combat, dire à ce charmant monsieur d’arrêter de me déshabiller tout en cessant de boire du vin à la bouteille et éteindre ma cigarette. Heureusement que le règlement est là pour me le rappeler!

.

En regardant les horaires des bus sur le site vexere.com  j’ai vu un bus Hanoï-Cao Bang à 9h30 avec 5h de trajet. Étant arrivée plus tôt j’ai pris celui de 8h30 mais je ne suis pas sûre que ça ai été une bonne affaire! Le trajet a duré 7h plus 1h d’arrêt pour déjeuner.

Au Vietnam ça n’est pas comme au Sénégal ou en Inde, les bus ne partent pas lorsqu’ils sont pleins. Ils partent à l’heure prévus. C’est formidable!

Donc j’ai pris le bus de 8h30, je suis montée dedans, le contrôleur (bien bien BIEN alcoolisé) m’a un peu collé. Il me suivait partout, se collait à moi, m’a pris mon livre pour lire (alors qu’il ne savait pas dire bonjour en français) et je crois même qu’il m’a proposé du sexe (oneshot, sexsex). Merveilleux! Ben, rassures toi, j’ai résisté :p

Bref, ce moment était assez pénible surtout que nous étions que nous 2 dans le bus mais une fois que je l’ai repoussé (non en fait la 2eme fois), il a arrêté de m’emmerder. De plus d’autres passagers sont arrivés. D’autres passagers dont beaucoup d’homme qui n’arrêtaient pas de me fixer mais détournaient les yeux quand je les regardais. Un m’a même proposé de prendre une photo de moi. Non mais, je ne suis pas une bête curieuse ^^ (certes à Cao Bang, il n’y a pas tant de touriste que ça).

Donc le trajet.. Le début a commencé dans le nuage d’échappement d’Hanoï, ce qui est fort dommage parce que ça rend le paysage terne.

.

Une fois sortis d’Hanoï et de sa pollution, je me suis endormi pour me réveiller vers 11h, la bave au coin de la bouche et la transpiration coulant dans mon cou. Top glamour. Et les paysages avaient bien changé!

.

On se rend bien compte sur les photos que la culture de maïs est partout, même dans des endroits quasi inaccessibles.

.

Je me demandais avant de partir si j’aurais de l’électricité tous les jours, avec les photos on se rend compte que non, le Vietnam ne manque pas de courant! Ce qui est assez pénible parce que ça gâche les photos. Bon après j’ai l’électricité, je ne vais pas me plaindre! (quoi que en France c’est le même problème, les lignes à HT sont partout)

.

Lorsque je suis arrivée à l’aéroport mercredi, au point accueil la personne qui me renseignait m’a demandé où j’allais. Lorsque je lui ai répondu Cao Bang, elle m’a dit « oh mais c’est une route.. aventureuse ». Je lui ai dis que j’avais connus vraiment des routes terribles donc ça ne m’inquiétais pas.  Bon après j’ai rarement connus une route aussi dégueulasse dans une ville:

mais ça n’a duré que le temps de traverser la bourgade. Pourquoi les routes campagnardes sont-elles en meilleures état que celle là? Aucune idée!

.

Vers 12h30 nous nous sommes arrêtés dans un restoroute pour déjeuner. On paie un ticket (40.000 Dông soit 1,60), on le donne à la cantinière qui nous sert sur un plateau ce qu’on choisit dans les plats devant nous:
– du riz (évidemment)
– des feuilles d’épinards (je crois)
– des légumes farcis ((très étrange le goût, c’était amère)
– de la peau de cochon
– de la viande hachée
– du poulet sauté (miam!)

(en coloré ce que j’ai choisi) En plus on a droit à un bouillon de feuille sympa mais qui sentait la terre. Bon avec le riz ça passe. La cantinière m’a mis de sacré plâtré de tout et je me disais « punaise, je ne vais jamais tout manger, comment je fais? je ne peux pas laisser à manger dans l’assiette, ça ne se fait pas » (Madagascar a encore des répercussions sur moi!). J’ai donc fais ce qu’il y avait de mieux à faire: regarder ce que faisaient les autochtones. Et ils ne mangeaient pas moitié de leur plat des fois..  j’ai eu moins de scrupule à en laisser dans mon assiette.

Nous voilà donc repartis pour arriver à Cao Bang à 16h30. La dernière heure nous avons parcourus 40km. C’est très montagneux et tortueux.

.

Cao Bang

.

Cao Bang n’est pas une ville touristique ni même très accueillante. Il y a peu d’hôtel, les gens ne parlent pas du tout anglais alors pour trouver un hôtel, un restaurant.. c’est compliqué! Je suis allée manger dans un resto où la carte n’était qu’en vietnamien et j’ai choisis un peu au hasard avant qu’une des serveuses ne fasse la traduction avec google. Au bout du monde mais avec le wifi partout, même dans ma chambre!

Par contre le confort (niveau matelas, on dirait un tatami!!) est rudimentaire! Ma chambre donne sur la rue et est super bruyante. Heureusement j’ai les boules quiès!!

.

Concernant le paysage, j’avais lu de Cao Bang que c’était une ville ennuyeuse, poussiéreuse et vilaine. Bon faut pas exagérer non plus hein. On a pas envie de se tirer une balle dans la tête dès qu’on y met les pieds. Je ne dis pas que rester une semaine est intéressant mais ça va, ça n’est ni affreux, ni déprimant.

.

Je suis allée manger dans le « meilleur » restaurant de la ville où en faîte j’ai aussi mal mangé qu’ailleurs. L’idée c’est d’aller devant des vitrines et de choisir ses plats, comme un self. En plus comme je ne faisais pas partis de l’hôtel j’ai dû manger dans le vestibule, toute seule. Sympa l’ambiance!

DSC_0721Du coup comme j’avais encore faim, je me suis achetée un ananas bien frais, épluché et sans les yeux, c’était un délice!! Un le soir, un au petit dej’.. j’adore!

.

Le second hôtel où je suis allée avait, comble du luxe, un frigo (absolument dégueulasse mais bien pour réfrigérer l’eau) et était super kitsch!! Il n’était pas contre par propre du tout (les draps n’avaient pas été changés depuis un moment) mais l’arrière cours était superbe.

.

Il était rempli de fleurs, arbustes, bonzaï. Au Vietnam les gens ont des jardins luxuriants superbe.

.

Et comme partout dans le monde, les chats se font dorer la pilule..

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *