Excision, le retour

Bonjour à tous,

Si j’écris cet article avant même de vous donner de mes nouvelles de mon voyage au Sénégal, c’est parce que j’ai besoin de parler. Parler de ce que j’ai appris et vu ce weekend à Kolda.

Il y a 2 ans, j’ai commencé mon service civique au Sénégal. Je logeais chez des professeurs de lycée et un jour, j’ai pris des photos d’enfants habitant en face de chez nous. Plus tard ils sont revenus me chercher pour prendre des photos de l’anniversaire du plus petit. J’ai ainsi fait la connaissance de la fratrie et de leur père, Abdoulaye. Il était imam et était l’un des spécialistes des mutilations génitales féminines. C’est une référence en Afrique de l’Ouest sur les MGF dans le Coran. Il lutte contre les MGF, arguant qu’il n’existe rien de tel dans le Coran et fait de nombreuses conférences dans les pays limitrophe ou non du Sénégal, c’est à dire au Togo, Bénin, Mali et Mauritanie.

Lors de mon 1er séjour, il m’avait montré des photos de MGF à l’âge adulte. ça n’est pas quelque chose d’anodin et c’est assez marquant. Les photos des sexes mutilés des femmes prouvent combien cet acte de barbarie est une souffrance inutile et dangereuse.

Cette année, ce fut pire. Il m’a montré des vidéos d’excision. Je ne suis pas sûre que le terme « atroce » soit assez fort pour définir ce que j’ai vu. Sur cette vidéo j’ai donc vu un bébé de 8 mois, une fillette de 5 ans et une de 13 ans se faire exciser. La vidéo est horrible, étant une femme j’imagine un peu ce que ça fait de trancher à un clitoris. Ce qui est pire, c’est le son. Le bébé pleure et les fillettes hurlent. Elles se débattent et essaye de refermer les cuisses. L’Imam a même passé les pires moments. J’ai instinctivement croisé les jambes et je ne me sentais vraiment pas bien.

Cette vidéo et ce son m’ont traumatisé. Voilà 2 jours que je les ai vu et j’y pense très très (très) souvent. J’imagine un peu ce que ça fait et j’ai presque envie de grincer des dents.

Cette vidéo donne presque envie de se masturber après histoire de vérifier si son clitoris est bien toujours en place et en fonctionnement.

Lorsque je vois des vidéos pareils je bénis le destin de m’avoir fait naître femme en France plutôt qu’au Togo.

J’ai également vu une vidéo sur les dessous de l’excision. Qu’est-ce que ça implique, comment c’est fait, pourquoi, comment ça se passe après etc.

Il existe 3 types d’excisions : celle que les femmes font aux fillettes, celle que les hommes font aux petits garçons et celle que les hommes font aux fillettes. En effet, dans certains pays ce sont les hommes qui excisent les fillettes. Ils préparent des potions qu’ils font boire aux gamines et celles-ci sont droguées et vont d’elles même se faire exciser. Le plus choquant c’est que ces hommes, des musulmans, pratiquent ça sur des filles de 13 ans déjà formées. L’Imam Abdoulaye trouve ça choquant : la religion musulmans veux protéger les filles ayant attend l’âge de la puberté mais voir une fille nue de 13 ans et lui toucher le sexe n’est pas choquant pour les défenseurs des MGF.

Il existe de nombreuses manières pratiques dans l’excision des petites filles :

  • celles où les parents sont d’accord
  • celles où ils sont absolument contre, auquel cas un groupe de femme enlève la fillette pour l’exciser
  • celle où l’on drogue la petite pour éviter qu’elle ne se défende
  • celle où on lui fait respirer une drogue et c’est elle-même qui demande à être excisée.

L’après excision est aussi différentes selon les régions/pratiques des exciseuse :

  • l’enfant peut être attachée avec des liens en position fœtale (sur une des vidéos je l’ai vu, la petite est allongée sur son lit et complètement dans les vapes. Elle répète qu’elle ne pourra plus aller à l’école après ça..)
  • l’exciseuse peut appliquer du jus de citron pour cautériser la plaie (la barbarie n’allait pas assez loin encore..)
  • la plaie est laissé telle qu’elle
  • un « pansement » dégueulasse est appliqué sur la plaie, une sorte de pagne fait avec des chiffons sales ou des feuilles d’arbres.

La pratique de l’excision a également un but mystique. En effet, il existe un fétiche du clitoris. (un fétiche dans la religion traditionnelle c’est un peu comme un saint pour les catholique ou un dieu pour les hindous. Il existe autant de fétiche que d’objet sur terre presque). Ce fétiche demande donc des « sacrifices », donc des clitoris et des excisions. Le clitoris est censé apporter « bonne grâce » à celui qui le détient et donc certain hommes désireux de s’attirer des électeurs (pour un politicien par exemple) ou des clients (pour un vendeur) vont acheter de la poudre de clitoris pour se laver avec et s’attirer l’amour de ses compatriotes.

Le fait qu’une fillette fasse une hémorragie lors de l’excision n’est pas non plus un problème pour ses défenseur: le sang recueillit est destiné au fétiche en tant qu’offrande. Si une fillette en meure, c’est que le fétiche l’aura décidé.

Ce genre de pratique m’a laissé sans voix. Il est vrai que la religion traditionnelle au Sénégal et en Afrique de l’Ouest est monnaie courante. J’ai déjà participé à une « cérémonie » au fétiche, j’ai déjà consulté des voyantes lisant dans les cauries, je ne suis pas fermé à ces pratiques et ces croyances (problèmes désespérés, solutions désespérés) mais là.. là ça va trop loin et surtout ça me parait aberrant (alors même que moi-même je crois au pouvoir mystique qu’il y a ici au Sénégal. Oui ça parait dingue mais chacun ses expériences !). Ça me parait aberrant de croire qu’en se mettant de la poudre de clitoris sur le corps on peut s’attirer les bonnes grâces. Aussi aberrant que de croire que la poudre de corne de rhinocéros donne une érection du tonnerre.

J’ai aussi appris que l’excision n’est pas l’idéologie d’une religion mais une idéologie tout court. Sur la presqu’île de Boro-Boro, en Indonésie, les gens pratiquent l’excision alors qu’ils sont athées. Ils ne croient pas en l’existence de Dieu, ni de Saints, ils croient que l’homme est un instrument du monde et qu’après la mort il n’y a rien. Ils pratiquent l’excision juste par tradition. Les musulmans qui sont pour cette pratique prennent un verset du Coran pour excuse. Dans ce verset, le prophète va voir une exciseuse et dit de « ne pas tout couper ». S’il a dit ça, c’est donc qu’il est d’accord avec cette pratique.

Cependant, l’Imam Abdoulaye a une autre version. Il a construit son combat contre les MGF avec de nombreux arguments :

  • Dieu a caché le sexe de la femme, elle ne peut le voir elle-même. Il a protégé ça et si les Hommes coupent ou mutilent ce sexe, c’est une offense à Dieu
  • Les femmes ayant subi des MGF ne peuvent plus jouir et lorsqu’elles entendent des femmes intacts leur dire qu’en ayant des relations sexuelles on peut avoir du plaisir, les femmes mutilées vont rechercher ce plaisir et avoir de nombreux partenaires : cela peut engendrer des infidélités
  • Pour qu’une femme soit heureuse et que tout se passe bien dans le couple, le sexe est essentiel. Il faut que l’homme puisse donner autant de plaisir à sa femme qu’elle lui en donne. Si elle n’est pas satisfaite, elle sera malheureuse et le couple sera en danger
  • Les MGF sont un danger pour la femme et ses enfants à venir. Ainsi mutilé, la femme a de nombreux problème médicaux et l’accouchement, ainsi que la survie de son enfant, sont compromis

.

Je vous avoue que de parler d’orgasme, de jouissance et de clitoris avec un homme de Dieu est une expérience vraiment surprenante et je ne pense pas que beaucoup d’entre nous peuvent dire avoir eu pareil conversation une fois dans leur vie.

L’ouverture d’esprit de cet Imam m’a prouvé une fois de plus que dans une religion, il y a toujours des avant-gardistes et des extrémistes. Il nous suffit de creuser un peu pour découvrir une autre facette de la religion.

Waris Diris est une mannequin excisée dès son plus jeune âge, qui a fait de l’arrêt de l’excision son cheval de bataille. Elle a été ambassadrice à l’ONU sur les question des mutilations génitales féminines. A voir une vidéo sur son combat.

Je vous recommande grandement de vous pencher sur ce problème et ces conséquences médicaux et psychologiques désastreuses. L’ONG Intact milite contre cette pratique tout comme Respect for Change. Je ne sais pas si je peux me permettre de vous dire d’aller regarder ou de trouver une de ces vidéos sur internet (la vidéo de la fillette de 13 ans qui se fait exciser se trouve là). Sur la toile, on trouve le pire du pire. Et là même pas besoin d’aller sur des sites spécialisés. La vraie vie, c’est ça. Et c’est épouvantable.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *