Les grottes de Nguom Ngao

.

J’ai su qu’il y avait des grottes à visiter près des chutes de Ban Gioc en trouvant quelques infos sur internet et notamment grâce au site internet de Romain, qui montrait donc les chutes et les grottes. C’est intéressant de voir ça parce que depuis le jour où il est venu (en décembre 2015) et maintenant (juin 2016), ça a bien changé!

Déjà lorsqu’on arrive, plus besoin de laisser la moto au bas de la montagne, ils l’ont éventré et on peut aller jusqu’à l’entrée de la grotte en moto.

DSC_0775.

Me voilà donc aux grottes (c’est bizarre je l’écris tout le temps « groote ». Haha) de Nguom Ngao. Il y a de la place pour mettre la moto à l’abri, des toilettes, boutique pour acheter à boire, des souvenirs. L’ouverture n’invite pas à aller plus loin!

DSC_0776.

Par contre à cette distance on se rend déjà bien compte de la fraîcheur de la grotte. Il est encore temps pour prendre une petite laine et une écharpe.

A cette époque de l’année, il y a peu de touristes et nous avons dû rencontrer un groupe de 8 qui a été beaucoup plus vite que nous et peut-être 2 groupes de 2-3 personnes. Dès l’entrée, on en prend plein les mirettes.

.

La grotte est tout de même bien éclairée, les passages difficiles ou dans l’eau sont surélevés et des panneaux indiquent les passages dangereux (ou alors il faut juste écouter le son de l’eau et de la rivière souterraine pour s’en rendre compte).

.

C’est sûr que lorsqu’on entend le grondement de la rivière sans la voir et que c’est marqué « ne pas s’approcher », on écoute et on ne fait pas le malin. Du moins moi.

.

La terre nous fait tout de même un très beau cadeau en ayant créé ça!

.

 

Nous avons pris notre temps pour visiter.

Mon guide m’a montré des choses que je n’aurai pas vu sans lui. Il m’a aussi aidé lors des passages difficiles parce qu’en fait à cette époque, la grotte suinte de partout!

DSC_0852

Après ce passage il a fallu marcher en canard et prendre garde à ne pas terminer dans l’eau! On débouche alors sur la grande salle, où sur le sol, l’eau coule en permanence. C’est intéressant de voir que lorsque Romain y est allé, la grotte était complètement à sec et donc ne rendait pas du tout la même chose! J’ai donc marché sur l’eau, comme Jésus.

J’ai aussi loupé un bord et mis le pied à l’eau mais grâce à ma super idée de mettre des chaussures de rando, j’avais les pieds au sec (d’eau, mais pas de transpiration).

.

Mon guide m’a également montré un truc trop beau. Sans lui je l’aurai loupé!! C’est la fleur de Lotus, formé grâce à l’eau qui y coule (lorsque la grotte se remplis, parce qu’une fois encore, quand Romain y est allé, ça ne donnait pas ça).

.

.

La grande salle est vraiment le lieu le plus beau de la visite. Le fait que l’eau y coule en permanence renforce le côté magique de la scène.

.

La suite se déroule sans encombre, toujours en prenant garde à où on met les pieds, la tête et les mains.

.

Et voilà donc l’arbre de pierre. Magnifique. Et on touche avec les yeux s’il vous plait!

.

En fait tout est superbe

.

.

.

.

.

.

Enfin la fin de la grotte approche et on entrevoit de la lumière!

.

.

Et BAM, dans ta face les 20° de différence entre l’intérieur et l’extérieur!!!
On peut mourir de choc thermique dans l’atmosphère?!

.

Fin de ma visite! En fait on ressort pas très loin de l’entée (c’était un peu ma hantise ça.. par où va t-on débouler et comment va-t-on récupérer la moto?).

Il paraît qu’on peut soudoyer un guide et aller jusqu’à l’entrée des chutes de Ban Gioc mais vu la configuration des grottes, je ne vois pas trop comment c’est possible et en plus dans le noir, je ne vois pas trop l’intérêt non plus!

A la sortie on passe par les guitounes qui vendent des saloperies jouets fabriqués en Chine et départ pour les chutes!

Enregistrer

Enregistrer



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *