L’arrivée à Madagascar!

 

Voilà presque 1 mois que je suis arrivée et je n’ai toujours pas écris d’article ! J’ai de bonnes excuses : mon ordinateur a eu un fichier système endommagé et une impossibilité à me connecter à internet depuis que je suis arrivée. Et voilà par miracle (ou plutôt grâce à la compétence d’un magicien de l’informatique) j’ai internet depuis aujourd’hui (ou hier).
Je vais enfin vous révéler ce que j’ai fait ces derniers temps.
Comme prévu j’au rendu visite à Aline de médecin d’Afrique qui m’a donné des médicaments pour l’infirmerie de Patrakala. Aline est vraiment une personne que je garderai dans mon cœur parce qu’elle s’est montré plus que généreuse et vraiment je suis heureuse de l’avoir rencontré.

Merci à Médecin d’Afrique pour leur don plus que généreux!! En plus de ça j’ai pu apporter une attele de bras et une de jambe. Et je ne dépassais même pas le poids autorisé, il me restait 5kg!


J’ai également rencontré Thierry, de Restaurant Sans Frontière avec qui j’ai pris le petit déjeuner à la gare Saint Lazare. Il m’a donné quelques tuyaux pour que l’association ODADI gagne en notoriété et en trésorerie. Pour ça aussi je le remercie.
Même si je me trompe de voix, même si je ne fais pas les choses de manière conventionnelle tout ça m’aura appris une quantité de chose, notamment sur le travail et « l’humain ».

Je suis donc partie le 8 novembre à 11h de Paris Charles de Gaulle. Alexandra et moi sommes allées juste avant manger et flâner à Aéroville, un centre commercial conçu pour faire dépenser les derniers euros présent dans la poche des touristes.

Aux toilettes dames il y a un miroir spécialement pour se remaquiller avec du produit pour le visage et de la crème pour les mains. Je pense que les toilettes sont nettoyées entre chaque usage.. Dire que 6 jours après j’allais faire caca dans un trou percé dans une dalle de béton avec les mouches à crottes et les lézards pour compagnies.
« Ils sont tombés les rois »

En me promenant dans les allées je me suis dit qu’il avait juste besoin d’une seule boutique et de son contenu pour faire vivre ODADI pendant 20 ans. Pas le même monde n’est-ce pas ? J’ai quand même une sacrée faculté à m’adapter en fait. J’ai dû être caméléon dans une autre vie ou bien LE Caméléon.( Référence de série plus pratique pour comprendre cette blague).

Bon j’ai pu prendre mon avion sans encombre, une place de 3 personnes pour moi toute seule. Ça j’aime ! Par contre j’avais une escale au Kenya de 11h45 (oui oui, onze comme dans onze) et la nuit, à l’aéroport de Nairobi, on ne peut pas dire que ce soit la grosse teuf. Personne dans les allées, un froid de canard, aucun endroit pour s’allonger. J’ai dormis sur un rebord de fenêtre puis je me suis cherchée un endroit plus calme, que j’ai trouvé. Et j’ai été bien contente d’avoir mon anorak, mon pantalon et une petite couette parce que le carrelage, c’est froid. Quand j’ai sentis 5 cervicales de craquer je me suis quand même demandé si j’étais encore en vie et si mes jambes fonctionnaient encore. Visiblement oui et mon cou n’est plus coincé. Comme quoi le sol c’est pas si mal (je ne ferai plus ça à 50 ans par contre).

Je suis repartis le matin vers 8h30 (heure locale, pour les conversions horaires regardez sur un atlas, moi je me perds. En plus on vient juste de passer à l’heure d’hiver !) et je suis arrivé le dimanche à midi.

Lydia et Pierre-Alain, de Planète Urgence étaient là pour m’accueillir, puis Joana et Eulalia sont arrivés. Nous sommes allés manger dans un buy-buy puis direction la maison. J’ai déballé et rangé mes affaires, le soir je me suis couchée et j’ai rudement bien dormis.
Le lundi et mardi j’ai pris mes marques au bureau de l’association, j’ai tenté (et réussi) de trouver un technicien pour mon ordinateur, j’ai pu admirer le Palais de la Reine de près, voir le paysage fabuleux qu’offre la ville de là-haut, retrouvé le petit buy buy où j’avais adoré manger pour 1€ à 3 personnes, refus le frangipanier et ses fleurs superbes et explorer la ville.

 

J’avais hâte de partir à Béorana pour voir les changements de Patrakala !! Nous sommes partis le mercredi, vraiment peu de temps après mon arrivé et tant mieux !

Quelques photos du trajet.. Je fais un article plus tard sur mon arrivée au centre PATRAKALA.



3 thoughts on “L’arrivée à Madagascar!”

  • Heureuse de te lire ma Mymy !!!! Toujours d’aussi belle photos. Dire que je passe mes journées dans un sous-sol à faire de la comptabilité pendant que toi tu respires le bon air à l’autre bout de la planète !!!!! Ca fait rêver !!! 🙂

    Hâte de lire la suite des aventures de Mymy Sikkouette ^^

    Gros bisous et à bientôt !

    • Bon après il y a les « à-côté » que je ne dis pas..

      * me faire piquer par les puces et les moustiques (si je n’attrape pas le palu ou la peste ça sera une chance :p ), mais piqué du genre j’ai 14 boutons du genoux à la cheville droite et pis sur les cuisses, les fesses, les jambes etc
      * les fourmis que squattent ma chambre, mon bureau, ma nourriture
      * les araignées ENORMES dans les toilettes. Je me retiens de faire pipi
      * pis des fois quand même je m’ennuie et je me sens biiiien seule au bout du monde, sans communication extérieur, avec des angoisses de « oh mon dieu si je fais un AVC je meure » (je ne vois pas pourquoi j’aurai un AVC mais bon, c’est toujours quand il faut pas que ça arrive hein :p )
      * bon et des fois aussi je prend de coups de soleil. Dur :p :p :p :p

  • salut Myriam,
    bravo pour ton enthousiasme et ton dynamisme pour aider ODADI. Notre voyage du mois d’octobre avec Martine, Philippe et Marie-Thérèse nous a ravi, mais nous laisse un goût d’inachevé… nous espérons revenir un jour. J’espère que tu posteras des photos de la cuisine, Christian est impatient de voir les amis de Beorane s’activer aux « fourneaux ». Bon courage pour toutes les démarches sur lesquelles tu travailles et notamment la distribution de l’HS de ravintsara. Ici, pas facile, c’est de la vente flacon par flacon.. mais ne dit-on pas que les petits ruisseaux font les grandes rivières » ? Bon séjour à toi et meilleur souvenir à toute l’équipe d’ODADI M. et à toutes les familles qui fréquent le centre PATRAKALA. Nous pensons à eux très souvent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *