Mise au point

 

Bon je fais ce post parce qu’il me semble que mes propos n’ont pas été pris tout à fait comme je l’aurais voulu. Lorsque j’ai expliqué (ici) que le directeur de l’association ne comprenait pas les réalités du serrai, je ne critiquais en aucun cas le mode de fonctionnement ici. En France je ne suis pas sûre que j’aurai pu être en contact aussi rapidement avec les autorités. Si j’ai dis que j’avais vu untel qui m’a mise en relation avec untel etc, ça n’était pas une critique, juste une explication pour dire que non, les choses ne se faisait pas en claquant des doigts comme le directeur de l’association pouvait le penser.

Autre chose qui vous feront peut-être comprendre mon agacement d’être ici et de ne rien faire.

Lorsque je dis que les choses ne se passent pas comme prévu, ma tata m’a dit « oui mais les choses ne se passent jamais comme on a envie qu’elles se passent ». Sauf qu’il y a une différence entre imaginer et le ce qui doit se passer.

Je suis peut-être un peu trop confiante en l’être humain mais quand un directeur d’association agréé par l’état français, me dit que ça va se passer comme ça, je ne m’attends pas à ce que ça se passe comme ceci.

On m’a souvent reproché de profiter de l’état français et de ses largesses. Là, j’ai l’impression que c’est encore pire. Mélanie m’a dit « ne te prend pas la tête, et imagine que tu es en vacances, parce que franchement, c’est ça ».

????? Ben punaise !! Pour piqûre de rappel, j’ai fait une initiation de gestion de projet et de développement, je suis partie en stage à Mada, je ne l’ai pas terminé, mais je sais que au-delà de voir comment gérer une asso sur le terrain, l’implantation etc  je ne verrai pas avec ce stage à Madà comment monter un projet.

C’est pour cette raison que j’ai fait ce service civique. Une personne qui fait une mission de service civique a forcément un tuteur qui fais partie de l’association, qui la cadre, l’accompagne et qui lui explique comment faire la mission. C’est obligatoire. Je ne l’invente pas c’est marqué dans le contrat que j’ai signé. Alors oui lorsque j’arrive sur le terrain, que je n’ai pas de tuteur et que Mr Si. me refile, pour avoir la paix, un tuteur qui n’est pas de l’asso et qui me demande en quoi il peut m’aider, et bien oui, ça m’énerve.

Lorsque je dis que je n’entends que des mensonges depuis que je suis arrivée, ce n’est pas des paroles en l’air et je ne dis pas ça seulement parce que je suis agacée.

Allé, je vais faire la liste

  • Je devais arriver au plus tôt sur le terrain parce que les membres de France Volontaires et de l’association m’attendaient pour le 14. En fait France Volontaire a été prévenu la veille de mon arrivée que je venais.
  • Je devais avoir une formation obligatoire, là encore je ne l’invente pas, c’est inscrit sur le contrat que j’ai signé. « Mlle DG Myriam engagé de service civique bénéficiera d’une formation civique et citoyenne et d’un soutien particulier pour la définition de son projet d’avenir ».  Mr S. m’avait dit que cette formation serait faîte par FV. Ils n’étaient eux même pas au courant.
  • Je devais être accueilli par FV à l’aéroport. J’ai juste eu un chauffeur. Piqûre de rappel : à Mada, quand j’ai été accueilli par l’asso, tous les membres étaient présents. Mais ici je commence à douter que l’asso existe. Cela est un autre débat.
  • Je ne devais pas me soucier du logement à Dakar. C’était pris en charge, toujours par FV (je ne vous raconte pas la tête des responsables quand on leur a dit tout ça..). Faux, j’ai payé de ma poche.
  • Je devais partir au plus vite puisque le 2eme volontaire était déjà sur place (dixit Mr S. le lundi 11). La veille de mon départ j’ai su que ce 2eme volontaire n’était pas parti et qu’il partait 4 jours après moi.
  • Mr S. m’avais dit que son frère se chargerait de moi pour me prendre un billet de bateau : je l’ai contacté, il n’était absolument pas au courant de ces dispositions et n’était pas disponible. Il m’a donc envoyé le numéro d’un autre de ses frères le vendredi matin. Je n’ai toujours pas de nouvelles. Heureusement que je n’ai pas attendu après.
  • Mr S. m’avait dit que Mr Si. S’occuperait de nous prendre rdv et de nous mettre en contact avec les autorités locales. On s’est jusque-là dépatouillé seule.

D’autre chose en vrac :

  • La veille de mon départ j’ai appris que je devrais débourser 300€ pour aménager ma chambre qui n’avait même pas un matelas. Ma tutrice avait proposé à Mr S. d’aménager ma chambre, en lui faisant parvenir une certaine somme d’argent et celui-ci a refusé.
  • La veille du départ Mr S. m’a dit textuellement « j’espère que vous savez comment aller de Dakar jusque Kolda ». Ah parce que je dois me débrouiller ?!
  • J’ai su une fois sur place que la 2eme volontaire à Ziguinchor avait démissionné il y a 3 mois tellement ça se passait mal avec le président de l’asso, tout comme un autre volontaire l’an derniers. Pas étonnant que lorsque j’ai demandé les contacts de ces gens-là Mr S. m’a dit « bon pfuuiii vous verrez sur place ».
  • Comme la mission à Ziguichor se passe mal, Mr S. ne veux pas qu’on aille rendre visite à Mélanie. Mr S. nous a donc pondu ça : « Mais une chose est à savoir, que vous êtes en mission de service civique , pour le compte de l’association SOS Casamance, dont vous n’êtes ni membre  , ni bénévole. Votre mission est bien encadrée et circonscrite, donc tout déplacement que vous pourrez effectuer en dehors du territoire indiqué de votre mission doit nous être notifié par écrit. Et si les responsabilités doivent prises , chacun prendra ses siennes. »
  • Mr S. nous a donné comme contact Mr Si. Puisque celui-ci a « une expérience dans le domaine et pourra nous aider ». De la bouche de ce dernier, ça donne « je travaille comme tuteur depuis 2 ans et je ne suis pas encore au point ».
  • A présent pour obtenir mes indemnités de 100€ je dois faire des notes de frais. Justifier le taxi pour aller dans les écoles notamment. Autant vous dire que si le taxi n’arrive pas à comprendre quand je lui donne une direction, il ne va rien comprendre quand je vais lui demander de me faire une note de frais.

J’ai quelques impressions : je ne pense pas que l’association engage des volontaires pour obtenir des subventions : les subventions qu’elle a elle doit nous les reverser. En principe, parce que Mélanie, en 6 mois a eu 1 fois ces indemnités. Bref, donc elle ne fait pas ça pour les subventions mais je pense que c’est surtout pour ce faire de la pub. En effet, ici en Casamance, alors que l’association est censé y être depuis 2001 (13 ans donc, ça n’est pas rien !), personne ne connait. Et surtout, je crois qu’elle n’existe que sur papier. Lorsque j’ai demandé à Mr Si. Qui était le président en Casamance, il m’a répondu lui. Il a répondu autre chose à Mélanie et encore autre chose à Clémence. Mélanie m’a expliqué que la bénévole qui s’est occupé de faire les statuts de l’asso a pris des noms de personnes un peu au hasard, juste pour que l’asso est des membres. Mais en fait ils sont fictifs.

Ma mission avait l’air génial sur le papier, je pensais être encadré par des gens compétents et ainsi acquérir une bonne expérience. Au final je me retrouve à faire le tour des écoles pour récupérer des données sur les cantines scolaires et point barre. Il ni a rien derrière. Je dois monter des dossiers de demande de financement, je n’ai jamais fait ça. Depuis que je suis arrivée je n’ai pas entendu parler une seule fois des bibliothèques scolaire ou du parrainage d’enfants. C’est passé à la trappe ça. On doit mettre en place une « newsletter » sur le site web mais pour raconter quoi ? Il ne se passe rien ici ! L’association ne fait rien ici !!!! Ah si vous allez sur le site web ils font des choses formidables : distribution de médicaments, de matériel médical, de lunettes. Moi aussi j’ai fait de la distribution de lunette : Mr S. m’a donné un sac plein et m’a dit de les distribuer. Ok mais à qui ? « A qui vous voulez, aux professeurs  que vous rencontrez». Super. Ben si la distribution c’est ça..

Je comprends pourquoi Mr S. m’a demandé de faire des photos des écoles visitées : c’est juste de la com. Parce que derrière il ni a rien. Quelle conne de m’être entraîné là-dedans. La semaine passée j’ai dû travailler 5h à tout casser pour l’association. Et la semaine d’avant j’ai travaillé 4h grand maximum. Quand je dis que je perds mon temps, ça n’est pas parce que les gens ici vont à leur rythme. C’est véritablement parce qu’il n’y a rien à faire.

J »ai reçu une note aujourd’hui, me demandant de justicier mes heures de présence sur le terrain et surtout, une note nous expliquant que la Casamance étant en conflit armée depuis 32 ans, il ne fallait pas trop que l’on bouge. Avant de partir j’avais demandé à Mr Sylla si il y avait un risque à aller en Casamance (sur le site du gouvernement c’est une région « fortement déconseillée ») et celui ci m’avait affirmé qu’il ni avait pas de risque, sinon le SC et FV ne nous laisseraient pas partir. Et là, comme il ne veut pas qu’on aille voir Mélanie à Ziguinchor alors il change d’avis. La Casamance c’est dangereux.

Je vous laisse lire par vous même..

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *