Les chutes de Ban Gioc

.

Si vous avez lu les articles précédant, vous savez que je suis venue dans la région pour voir les chutes de Ban Gioc. Sur le papier, ça fait rêver!!

.

Et du coup j’avais très très envie de les voir! C’est magnifique n’est ce pas?! Donc tout ce périple… pour être déçu. En fait la vue ci-dessus, ce sont les chutes vu de la Chine (les chutes et le fleuve font office de frontière). Donc du côté Vietnamien, ça n’a absolument rien à voir!! Et forcément, j’ai été déçu. D’autant plus que le début du fleuve est surement 3 fois plus important en juin et donc de près ou de loin, on ne voit pas grand chose!

.

Tout d’abord en arrivant avec mon chauffeur de moto, nous avons mangé. Nous avons trouvé un endroit bien balayé par le vent et la flotte et nous nous sommes installés. Mon chauffeur avait acheté de quoi manger pour nous 2 (trop gentil je vous l’ai dit) dont des Bahn chu’ng. C’est un gâteau de riz gluant enveloppé dans une feuille de bananier ou de cocotier. DDe forme carré, il contient des graines de soja et des morceaux de poitrine de porc (je pense que c’est bien ça). Là encore ça donne envie d’en manger mais en fait.. c’est infect. Je n’ai pas pu tout manger et mon guide a dû le trouver mauvais aussi puisqu’il l’a jeté. Décidément la nourriture est une vraie déception.

.

Je décide donc de faire encore une fois comme Romain et de prendre un petit chemin (« qui sent la galette ») pour voir les chutes de plus haut et et de plus près. Pour cela je dois traverser le fleuve. Pas de problème, 20.000 dong me paraissent raisonnables pour 5 min de barque.

.

Je me retrouve donc sur une sorte de presqu’île, très facile à visiter puisqu’elle doit faire 50m². On voit d’ailleurs bien que le débit et le niveau de la rivière sont hauts.

.

J’essaie donc de prendre ce petit chemin et là hurlement de mes chauffeurs de barque m’arrêtent et ils me montrent un panneau où il est inscrit c’est interdit de monter, c’est dangereux de se baigner, de monter plus haut blablabla. Et comme l’île est minuscule, pas moyen de le ignorer et de leur échapper. Sur cette presqu’île est construit une sorte de monument très moche. J’étais tellement en colère (le paysage de là haut paraissait fabuleux!) que je n’ai pas pris de photo de ce monument inspiré des soviets.

.

Les bateliers nous ont emmené au milieu du fleuve, où bien évidemment avec la puissance de l’eau et le débit, on ne voyait rien du tout, à part la flotte qu’on prenait dans la tronche.

.

Je descend de la barque et là ils me demandent 200.000 VTD. Soit 8,30 pour 10 min à peine d’utilisation de la barque. Trèèèès bien, parfait. Un beau moyen d’entuber le touriste. Nous repartons vite fait, je n’ai pas trop envie de m’attarder dans le coin, et passons par les échoppes de touristes qui vendent des merdouilles fabriquées de l’autre côté du fleuve, dont des kalachnikov en plastiques, des petits meubles de commode cassés ou encore de magnifiques char d’assaut en balle de projectile. Magnifique et très bien pour apprendre et  promouvoir la paix donc.

.

Puis c’est le départ en moto! Dernière photo pour la route!

Enregistrer

Enregistrer



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *