Verdun, 100 ans après

Verdun ça nous rappel tous quelque chose. Moi ça me rappel mes cours d’histoire, les visites dans les tunnels sombres et humides (où j’avais choppé un rhume monumentale à me moucher du sang!) ou les visites de trous de mines. Lorsqu’on est gamin, tout ça c’est de l’histoire, on ne se rend pas compte que c’était avant tout des hommes qui s’entre-tuaient.

La 1ere guerre mondiale a façonné ma région et ma famille. Mon arrière grand-père paternelle est venu s’installer en France après cette guerre car sa ferme avait été détruite en Belgique. On retrouve souvent des armes ou des munitions datant de la guerre et en faisant de la détection, j’ai trouvé une plaque de soldat de la 1ere guerre mondiale (il n’était pas au bout de cette plaque puisqu’après recherches, il n’est pas mort pendant ce conflit).

Ce conflit m’intéresse de plus en plus, surement parce qu’on en ressent encore les ravages et parce que je grandis, je commence à comprendre (ou plutôt non). L’an dernier lorsque mon cousin m’a proposé une sortie, je me suis dis que c’était l’occasion pour aller à Verdun, ville symbolique de la boucherie de la guerre 14-18.

Nous sommes donc partis de bonne heure, vu que Verdun est à une bonne heure de chez moi. La route s’est fait à travers l’Argonne et la Meuse, dans des villages bien bien reculés (encore plus que mon bled! imaginez!). Sur le chemin, peu de temps avant d’arriver à Verdun nous sommes passés à côté d’un monument et, curieux, nous avons décidé de nous y arrêté.

En fait il symbolise le début de la voie sacrée reliant Verdun à Bar le Duc. Cette route fut exploitée à partir de 1916 pour acheminer les soldats et les munitions sur Verdun et les blessés vers Bar le Duc.

DSC_0891

C’est près de 8.000 véhicules par jour (1 toutes les 14 secondes! voir 1 toutes les 5 secondes en période critique) qui roulaient sur cette route en double sens, ce double flux étant appelé « Noria ».

Le monument en lui même n’est pas terrible avouons le mais les explications qui y sont données sont très intéressantes. Des photos d’époques sont imprimés sur les panneaux explicatifs et permettent un meilleur approche du sujet.

Ce monument a été refait il y a peu et est facilement disponible pour les personnes à mobilités réduites.

.

Verdun

Verdun, j’ai été fort surprise, est une ville vraiment très jolie et très agréable. Le jour où nous y avons été il faisait un temps magnifique et la ville, construit le long de la Meuse et évidement remplis d’histoire. Nous n’avions qu’une journée pour visiter, c’est très court et nous n’avons pas eu le temps de voir toute la ville qui recèle bien des surprises. Cependant certain monuments manquent d’explication, comme ces statues qui sont alignées à côté du fort de Verdun.

.

L’ossuaire de Douamont

Ensuite nous nous sommes dirigés vers l’ossuaire de Douamont. Arrivés en face nous nous sommes garés sur un petit bout de terrain et là, la réalité nous est revenu en pleine face. La terre creusée et bosselée par les bombes. C’est incroyable. En vrai ça ne donne vraiment pas la même chose que sur les photos/vidéos et c’est très (très) impressionnant. On se rend compte de la souffrance de la terre et de ce qu’on pu ressentir les soldats à l’époque. Moi ça m’a scié. Ce qui est aussi impressionnant ce sont tous les vestiges et ce qui reste de l’époque 14-18. D’ailleurs petite critique là dessus! Il reste beaucoup de chose, des bâtiments, des ruines mais sans explications et ça c’est vrai que ça manque. Exemple: en face de notre petit parking une ruine de cheminée et on ne sait pas trop à quoi ça correspond. Il y a un début de panneau explicatif mais en piteux état. Dommage, notre curiosité ne sera pas trop satisfaite!

.

L’ossuaire de Douamont est une nécropole entourée de millier de tombes de soldats morts au combat. 16.142 soldats plus exactement plus ceux qui sont dans l’ossuaire (environ 130.000 sans distinction de nationalité). En effet, la bataille de Verdun a été atroce, une vrai boucherie.

Les 2 premiers jours de la bataille (le 21 et 22 février 1916), 2 MILLIONS de bombes ont été larguées en direction de Verdun. Les morts ensevelis sont déterrés par les obus suivant, les corps déchiquetés. Une fois que cette boucherie a cessé, des milliers de débris humain se sont retrouvés dans et sur la terre. Afin de pouvoir enterrer tous ces gens, les ossements ont été regroupés dans des tombeaux par lieu de champ de bataille. L’ossuaire de Douamont regroupe donc tous ces ossements qui appartiennent à tous et à personne en particulier. Au dessus de chaque tombeau il y a les noms des soldats mort dans les batailles.

Pour plus d’information pratique sur l’ossuaire, rendez-vous sur le site.

En 1938 le monument commémoratif (hideux et vraiment pleurant la tristesse) pour les juifs a été construit à côté de l’Ossuaire puis le monument (très beau et très sobre) commémoratif pour les musulmans l’a rejoint en 2006.

L’extérieur de ce monument est accessible aux personnes à mobilité réduite.

.

Au milieu de toutes ces tombes on se dit « mais putain qu’est ce qui a pu passer par la tête des mecs qui ont envoyé tous ces gamins dans cette boucherie ». Vous imaginez, de nos jours on prend un dolipranne quand on a mal à la tête, nous prenons des douches chaudes, nous avons des habits propre, à manger.. Et ces pauvres gosses vivaient dans la boue et la merde jusqu’aux cuisses, dormait 3h par nuit, ne changeait jamais d’habits, ce qui entrainait l’apparition des puces, des poux, de la gale. Ils mangeais au milieu de l’odeur de leur copain en décomposition et se servaient de leur corps pour consolider leurs tranchées. Ça n’est pas humain d’avoir vécu ça.

Il y a encore 80.000 soldats qui n’ont pas été trouvé. Pauvre gosse. On appelait cette guerre la der des ders et en fait quoi? Tout ces gens sont morts pour rien. Ah si, le seul truc positif qu’on peut trouver à cette boucherie, c’est l’avancé de la science, de la chirurgie et de la médecine. Tout ça pour ça..

Attention images qui peuvent choquer. Parce que la guerre, c’était ça.

.

.

A côté de l’Ossuaire se trouve l’ouvrage de Thiaumont. C’est un fortification modeste qui est aujourd’hui complètement détruite par les obus. Il ne reste que des tiges de fer sortant du sol, des morceaux de métal rouillés. Les éclats d’obus dans les pièces de métal de 24cm d’épaisseur montrent l’intensité des combats.

Le terrain est vraiment très accidenté et il faut faire attention où on met les pieds puisque des tiges de métal sortent de terre un peu partout.

Cet ouvrage n’est pas vraiment accessible aux personnes à mobilité réduite.

 

Le fort de Douamont

Nous sommes arrivés au fort un peu tard et nous n’avons pas pu visiter le fort. Celui-ci était le plus grand ouvrage censé veiller sur Verdun mais il a été prit pas les allemands très vite dès le début de la guerre.

Honnêtement on ne sait pas trop à quoi ça ressemble lorsqu’on arrive devant. Le plus impressionnant est de voir les photos avant/ après. Avant c’est un fort, après ce sont des ruines recouvertes d’herbes que l’ont peux visiter à l’intérieur. Ne l’ayant pas fait, je ne sais pas trop à quoi ça ressemble mais on s’imagine sans peine les moments vécus dans le noir par les soldats.

L’extérieur du fort de Douamont est difficilement accessible aux personnes à mobilité réduite.

.

Les tranchées

Partout où se porte le regard il y a déjà les trous d’obus et ensuite les tranchées. Certaines sont laissées à l’abandon, d’autres sont entretenues. Et d’autres encore sont utilisées comme toilette par des personne n’ayant pas 50 centimes pour faire un gros caca dans des toilettes à la française. Très respectueux, intelligent et classe.

.

La tranchée des baïonnettes

Alors cette visite nous a causé un petit mal de tête avec mon cousin! Dans le petit guide touristique trouvé à l’office de tourisme de Verdun, voilà comment la tranchée des baïonnettes est décrite: « Ce massif sarcophage de béton  préserve le terrain où ont été retrouvés 21 français dont les fusils pointaient hors du sol. La légende indique qu’ils étaient morts debout ». Alors on s’est tout imaginé: les 21 français sont morts en même temps, leur corps ne sont pas tombés au fond de la tranchée. Bref, en essayant dans tous les sens possible, ça ne fonctionnait pas. Hors il s’avère qu’en fait un obus est tombé non loin de leur tranché et la terre les a ensevelis vivant, debout, avec leur fusil pointant hors du sol.  Le monument érigé au dessus d’eux est censé protéger ce site de mémoire. En réalité, il ne reste plus de baïonnette qui sort du sol, le monument est hideux et infesté de chauve souris avec l’odeur qui va avec.

On s’imagine bien à quelle époque ce monument a été construit, on voit l’idée de grandeur et de pérennité mais vraiment, ça ne fonctionne pas. C’est juste moche et ça n’a rien préservé en fait.

Ce monument est accessible aux personnes à mobilité réduite.

.

Villages détruits

La bataille de Verdun a fait rage pendant 300 jours, a tué 300.000 hommes, 60 millions d’abus ont été lancés et tout ça pour.. pas grand chose. Cette bataille a également détruit de la carte 7 villages, préalablement évacués, et qui n’ont jamais été reconstruit. C’est assez étrange de les visiter. On se retrouve au milieu de nul part, avec juste une chapelle bien souvent, rappelant que oui oui, il y avait un village là avant! Pas tout à fait mort et plus vraiment vivant, ces villages sont chargés de symbole et de recueillement.

Louvemont

Il ne reste rien. Rien n’a été reconstruit, il y a juste une plaque et un monument. Rien ne peux montrer qu’un village était là il y a 100. C’est assez glaçant de voir ça.

.

Douamont

Il y a une « rue » qui mène à la chapelle, très belle et très sobre. Quelques plaques montre l’emplacement des anciens commerces . Des panneaux explicatifs montrent des photos du villages avant ainsi que des photos après batailles.

.

Fleury devant Douamont

Le village, situé à côté du mémorial de Verdun nouvellement refait, est celui qui est le plus « aménagé ». Les anciennes rues sont goudronnées, des plaques indiques les anciens commerces ou maisons, le lavoir, la mairie, l’école ou le cordonnier.

Ce site est accessible aux personnes à mobilité réduite.

 

.

En conclusion

Cette visite a été très intéressante et assez fatigante quand même! En 1 journée ça n’est pas assez pour visiter tout ça. Si vous avez des enfants, tenez en compte. J’ai été déçu de ne pas pouvoir visiter le fort de Douamont, mais ça c’est de notre faute, nous n’avions pas trop fait de programme ni même regardé les horaires des visites. Certain dépliant donné à l’OT sont assez léger pour la visite de certain monument (les horaires de visite du fort de Douamont n’était sur aucun des fascicules et les explications sur la tranchée des baïonnettes étaient faibles ).

Si vous souhaitez y aller, ne faîtes pas la même erreur que nous! Appeler l’office de tourisme ou renseignez vous sur leur site pour avoir les horaires des visites et des ouvertures. Faîtes un petit plan aussi de ce que vous souhaiter voir. Les alentours sont truffés de monuments commémoratifs, de cimentière, de tranchées, trou de mine (l’horreur absolus) et autres.

Prenez le temps de flâner dans Verdun (tous ce que nous avons visiter se trouve à proximité de Verdun, moins de 15min), c’est une ville chargée d’histoire et pas forcément d’histoire de guerre.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *